Recherche suisse contre le cancerRecherche sur le cancerProjets de recherche soutenusExemples de projets scientifiquesAider le système immunitaire à reconnaître le cancer du pancréas

Aider le système immunitaire à reconnaître le cancer du pancréas

Utilisée avec un succès remarquable dans le traitement de nombreux types de cancer, l’immunothérapie reste impuissante face au carcinome du pancréas métastatique. Une étude soutenue par la fondation Recherche suisse contre le cancer vise à améliorer son efficacité.

Mathias Worni

Au cours des dernières décennies, des progrès considérables – parfois spectaculaires – ont été réalisés dans le traitement de nombreux types de cancer. D’autres maladies cancéreuses n’ont hélas pas bénéficié de telles avancées : pour le carcinome du pancréas métastatique, le taux de survie à cinq ans ne dépasse toujours pas 5 % et se situe donc pratiquement au même niveau qu’il y a 40 ans. L’immunothérapie, qui a révolutionné le traitement du cancer, n’a rien changé à ce tableau. Basée sur une approche entièrement nouvelle – le traitement n’est pas dirigé directement contre la tumeur, mais stimule le système immunitaire pour qu’il lutte contre les cellules malignes –, elle reste impuissante face au cancer du pancréas. « Cet échec tient avant tout au fait que le carcinome du pancréas ne présente que peu d’antigènes tumoraux spécifiques et qu’il crée en outre une niche immunosuppressive dans laquelle les cellules immunitaires ne peuvent pas pénétrer », explique Mathias Worni, spécialiste en chirurgie viscérale.

Avec ses collègues du Groupe suisse de recherche clinique sur le cancer, il entend définir, dans le cadre d’une étude clinique soutenue par la Recherche suisse contre le cancer, si une nouvelle méthode chirurgicale – l’électroporation irréversible (IRE), qui détruit localement les cellules cancéreuses à l’aide de puissants chocs électriques – pourrait aider le système immunitaire à reconnaître le cancer du pancréas. Le projet prévoit d’éliminer une métastase hépatique chez 11 patientes et patients au moyen de l’IRE avant de leur administrer un médicament immunothérapeutique (un inhibiteur de point de contrôle immunitaire). Mathias Worni espère qu’en évacuant et éliminant les débris des cellules cancéreuses détruites par l’IRE, le système immunitaire comprendra contre quoi il doit se battre. Il espère également que cette technique permettra à l’immunothérapie de lutter efficacement contre les formes avancées de cancer du pancréas pour améliorer enfin le pronostic des patientes et patients.

Numéro de projet : KFS-4682-02-2019