Recherche suisse contre le cancerRecherche sur le cancerProjets de recherche soutenusExemples de projets scientifiquesLorsque l'environnement tumoral fait échouer le traitement

Lorsque l'environnement tumoral fait échouer le traitement

Le mélanome métastasé ne se soigne hélas pas bien. Ceci est dû entre autres au fait que les cellules immunitaires qui environnent la tumeur aident les cellules cancéreuses à s’adapter rapidement au traitement. C’est ce qu’ont constaté des chercheurs soutenus par la fondation Recherche suisse contre le cancer.

Si le mélanome malin est découvert tardivement, lorsque la tumeur a déjà commencé à disséminer des métastases, les chances de guérison sont hélas faibles. Certes, grâce aux immunothérapies, la médecine a pu obtenir chez certains patients des résultats décrits à juste titre comme de véritables percées. Mais chez la plupart des patients, les immunothérapies ne fonctionnent pas.

Des progrès ont aussi été accomplis dans d’autres domaines que les immunothérapies : nous savons par exemple aujourd’hui beaucoup mieux comment les cellules tumorales et les cellules qui les environnent s’influencent mutuellement. Sur la base de ces découvertes, toute une série de nouveaux médicaments ont pu être développés, par exemple pour régler les voies de signalisation en folie dans les cellules tumorales (p. ex. inhibiteurs de BRAF), ou pour freiner l’irrigation sanguine des cellules tumorales en empêchant la formation de nouveaux vaisseaux sanguins (p. ex. inhibiteurs de l’angiogenèse).

Dans le cadre d’expériences sur la souris, le groupe de recherche de Douglas Hanahan à Lausanne a testé dans quelle mesure ces nouveaux médicaments sont capables de freiner, voire d’empêcher le développement de la tumeur. Force leur a été de constater que leurs interventions pharmacologiques stabilisent le cancer de la peau, mais ne l’éliminent pas. « L’un des mystères du mélanome est qu’il présente de nombreux vaisseaux sanguins, mais qu’il est néanmoins capable de développer des résistances contre les inhibiteurs de l’angiogenèse », explique Hanahan.

En combinant les substances actives, les chercheurs ont pu interrompre la croissance tumorale pendant plus longtemps qu’avec une monothérapie, mais le résultat obtenu par traitement combiné n’était cependant que provisoire. Lorsque la tumeur recommençait à se développer, non seulement le comportement des cellules tumorales se modifiait, mais aussi le comportement des cellules immunitaires environnantes, et ce de manières très variées : l’équipe de Douglas Hanahan a dénombré pas moins de 25 voies de signalisations différentes activées par les cellules pour contourner l’effet du traitement. « Nos résultats nous déçoivent et nous désillusionnent, mais telle est la réalité : nous n’avons toujours pas de remède miracle contre le cancer », constate Hanahan.