Recherche suisse contre le cancerRecherche sur le cancerProjets de recherche soutenusExemples de projets scientifiquesNeutraliser les cellules invasives

Neutraliser les cellules invasives

En général, une tumeur ne devient mortelle que lorsque des métastases se propagent dans l’organisme. Les cellules cancéreuses métastatiques résistent souvent aux chimiothérapies classiques. Mais un projet soutenu par la fondation Recherche suisse contre le cancer a développé une nouvelle idée : transformer les dangereuses cellules invasives en cellules adipeuses inoffensives.

En premier lieu, une tumeur se compose de cellules à division rapide. L’intensité de leur métabolisme les rend sensibles à la chimiothérapie. Mais hélas, les tumeurs sont plus qu’un simple amas de cellules qui prolifèrent. Une petite minorité de cellules cancéreuses est moins active, mais a d’autant plus de capacité d’adaptation et de résistance. Ce sont ces cellules qui jouent le rôle principal dans la formation de métastases.

Les cellules invasives sont issues des cellules à division rapide, mais suivent, au cours de leur développement, un processus dont le nom savant est transition épithélio-mésenchymateuse (TEM). Au cours de la TEM, les cellules se trouvant en surface d’un organe (l’épithélium) perdent leur fonction et leur identité d’origine. Cette perte d’identité leur fait gagner en plasticité et en possibilités de développement. Les cellules transformées au cours de la TEM sont ainsi capables de survivre à la chimiothérapie, mais aussi de se détacher de leurs cellules-sœurs tumorales pour se disséminer dans la circulation sanguine et aller former des métastases à distance.

Jusqu’à présent, on considérait l’énorme plasticité des cellules cancéreuses comme un défi. Maintenant, les chercheurs y voient aussi une chance : tout au moins en laboratoire, on parvient à transformer les cellules ayant traversé une TEM en à peu près tout ce qu’on veut. C’est ce qu’ont montré Gerhard Christofori et son équipe de l’Université de Bâle dans un projet de recherche soutenu par la fondation Recherche suisse contre le cancer. A l’aide de la rosiglitazone (un antidiabétique) et du trametinib (un médicament anticancéreux), les chercheurs ont réussi à transformer les dangereuses cellules invasives en inoffensives cellules adipeuses. « Les cellules adipeuses ne se divisent plus, cette transformation neutralise donc aussi l’effet des nombreuses mutations qui incitent les cellules cancéreuses à proliférer », explique Gerhard Christofori.

A présent, les chercheurs veulent vérifier si les médicaments qu’ils ont utilisés peuvent être combinés avec une chimiothérapie classique. L’espoir de Gerhard Christofori : « Le résultat serait une approche orientée tant contre les cellules cancéreuses invasives que contre celles à division rapide ». Si ces tests sont positifs, les chercheurs auront besoin d’investisseurs pour financer la prochaine étape très onéreuse : les essais cliniques chez l’être humain.

Numéro de projet : KFS-3479-08-2014