Recherche suisse contre le cancerRecherche sur le cancerProjets de recherche soutenusExemples de projets scientifiquesNouvelles cellules immunitaires contre le cancer

Nouvelles cellules immunitaires contre le cancer

Une classe de cellules immunitaires jusqu’à présent négligée semble jouer un rôle important pour le développement de certaines tumeurs. Des chercheurs veulent mettre à profit ces nouveaux composants du système immunitaire pour la lutte contre le cancer.

Les immunothérapies font partie des plus grands succès accomplis récemment par la médecine dans la lutte contre le cancer. Elles ont par exemple amélioré de manière drastique les perspectives autrefois très sombres des personnes atteintes d’un cancer de la peau ou du poumon à un stade avancé et permettent même souvent un contrôle immunitaire du cancer pendant des années.

Ce que ces traitements ont de particulier, c’est qu’ils ne visent pas directement la tumeur, mais aident le système de défense de l’organisme à se débarrasser des cellules dégénérées. Or, notre système immunitaire est extrêmement complexe et il contient des éléments encore largement inconnus. L’une de ces zones d’ombre sur la carte immunologique est la classe des « cellules lymphoïdes innées » (« innate lymphoid cells », ILC).

Les ILC représentent à peine 1 % des cellules immunitaires circulant dans le sang, mais elles semblent influencer l’évolution de diverses maladies telles que l’asthme, les allergies et les inflammations chroniques. Camilla Jandus et son équipe s’efforcent de déterminer le rôle que jouent ces cellules dans l’évolution du cancer.

Leurs premiers résultats provisoires indiquent que les ILC se raréfient chez les patients atteints de tumeurs de type urologique (vessie, reins, prostate) et reviennent en nombre normal lorsque le patient est débarrassé de son cancer. À quoi cela est-il dû ? Et comment mettre ces cellules immunitaires d’un nouveau genre à contribution pour lutter contre le cancer ?

Pour le moment, Camilla Jandus et son équipe ont fort à faire pour caractériser les ILC. Mais la chercheuse est convaincue que le fait de mieux comprendre ces cellules rares mais puissantes ouvrira de nouvelles pistes d’optimisation des immunothérapies.