Recherche suisse contre le cancerRecherche sur le cancerProjets de recherche soutenusExemples de projets scientifiquesUne aide en ligne améliore la qualité de vie des patients atteints d’un cancer

Une aide en ligne améliore la qualité de vie des patients atteints d’un cancer

Pour de nombreuses personnes touchées, le diagnostic de cancer est un choc, y compris psychique. Un programme de gestion du stress en ligne apporte un soulagement, comme le montre une étude soutenue par la fondation Recherche suisse contre le cancer.

La plupart des patients font état d’une période difficile juste après le diagnostic. Tout à coup, la vie est sens dessus dessous. En proie à de nombreux soucis, ils s’efforcent de garder leur équilibre. Un suivi psychologique professionnel peut les y aider, mais seule une minorité de personnes touchées reçoit effectivement un soutien psycho-oncologique au début de la maladie. La principale raison est que les services de psycho-oncologie ont des horaires bien remplis et qu’ils ne peuvent donc pas admettre et suivre un nombre illimité de nouveaux patients.

Avec le soutien de la fondation Recherche suisse contre le cancer, une équipe de scientifiques a élaboré un programme de gestion du stress en ligne. Ce programme s’appelle Stream (pour « Stress aktiv mindern », réduire le stress activement), et propose aux personnes atteintes d’un cancer une possibilité à bas seuil de gérer leur situation difficile. Dans une étude incluant 129 patientes et patients de Suisse, d’Allemagne et d’Autriche, les chercheurs ont pu montrer que cette offre de conseil et de suivi sur Internet est facile à utiliser et améliore la qualité de vie des personnes atteintes d’un cancer.

Pendant huit semaines, l’aide en ligne propose des exercices et des instructions ciblées qui aident à gérer le stress que nombre de personnes touchées ressentent tout particulièrement au début de leur maladie. Les participants communiquent aussi une fois par semaine par écrit avec une psychologue. Pour Viviane Hess, médecin-adjointe en oncologie à Bâle, qui participe à l’étude, les résultats montrent non seulement que l’aide à s’aider soi-même et le contact régulier par e-mail soutiennent efficacement les patients. Elle souligne aussi que, lorsque les patients surmontent bien le premier choc, ils supportent en général mieux le traitement par la suite, et améliorent leurs chances de guérison.

Numéro de projet : KFS-3260-08-2013